Furet : Chaleurs, rut et stérilisation


Le furet atteint sa maturité sexuelle à 6 mois, les signes sont différents pour un mâle ou une femelle, tout comme la durée !

Alors comment savoir si c'est un mâle ou une femelle ?

Pour savoir si c’est monsieur ou madame Furet, c’est pas compliqué  ;-). Les femelles sont beaucoup plus petites que les mâles, plus fines avec le museau plus pointu. Au niveau de l’appareil reproducteur, le mâle a évidemment un pénis et des testicules alors qu’une femelle a une vulve qui est très rapprochée de l’anus.

Le tout en images…

Pour un mâle, on parle de rut, pour une femelle de chaleurs. Les cycles des périodes d’accouplement dépendent de la durée d’ensoleillement, des jours qui rallongent avec les changements de saisons. Aussi il n’y a pas de date précise et cela peut varier d’une région à l’autre, d’une année à l’autre selon la météo… Le non-respect de la photopériode modifie également ces cycles : une furette qui vit en appartement (ou en animalerie) avec le chauffage et la lumière en permanence peut déclencher ses chaleurs en plein hiver.

Le Rut du furet

Période du rut : du début de l’hiver (fin novembre/décembre) à la fin de l’été (fin aout/septembre)

Lorsque le furet rentre dans la période d’accouplement, il devient bizarre ! Le mâle devient jaune, avec le poil gras et très odorant, ses testicules gonflent gonflent au point de ressembler à 2 balles de tennis !!!

Au niveau de son comportement, ce n’est pas mieux : marquages urinaires un peu partout, agressivité avec ses copains fufus et il essaye de « monter » tout ce qu’il trouve (quelque soit son sexe ou son espèce…oui aussi les chats et les peluches adorées). Aussi, le ruteux est bien souvent condamné à vivre ces quelques mois seul, séparé de ses copains et copines.

Afin de vous accompagner avec humour dans cette période, je vous conseille le Guide du Rutard (même s’il a une dizaine d’années, il est toujours d’actualité).

aide pour un furet en rut

Contrairement aux préjugés, le furet en rut n’est pas plus mordeur, il peut au contraire rechercher davantage le contact avec ses humains et demander des câlins, voire être un vrai pot de colle. Certains furets supportent mal le rut et sont très fatigués, ne jouent plus, commencent à bouder leur gamelle…dans ce cas-là, mieux vaut le faire castrer ou implanter rapidement afin qu’il retrouve toute son énergie.

Les Chaleurs de la furette

Période des chaleurs : du printemps (fin février/mars) à la fin de l’été (aout)

Dès le début des chaleurs, la vulve va grossir jusqu’à faire environ 1 centimètre de diamètre avec la possibilité d’un écoulement. Rien de très glamour…

Le poil d’une furette en chaleur est plus gras et son odeur est aussi un peu plus forte.

Voilà à quoi on reconnait une furette en chaleur, à la taille de sa vulve (qui est à peine visible d’habitude) :

furet avec une vulve enflée

En chaleur, la furette est très « pot de colle », toujours à faire des câlins et des bisous à ses humains et à ses copains fufus. Une furette en chaleur a ses défenses immunitaires au plus bas, on évite donc de la laisser plus que quelques semaines dans cet état-là…

Attention, une furette ne doit jamais rester en chaleur !

Une furette en chaleur doit être soit stérilisée soit implantée (voir explications de l’implant plus bas) soit saillie (en savoir plus sur la reproduction des furets)  Les chaleurs de la furette ne s’arrêtent jamais, elles ne s’arrêtent pas naturellement, avec le temps !!!

Si une furette reste en chaleurs plusieurs mois , elle secrète des hormones en continu qui finissent par l’intoxiquer : c’est l’aplasie médullaire ou hyperoestrogénisme (perte de poils, anémie, affaiblissement) qui entraîne sa mort dans les mois qui suivent.

furette en aplasie medullaire

La stérilisation par implant

Depuis quelques années, suite à une étude réalisée aux Pays-Bas1, on pose un implant de Suprelorin plutôt que d’opérer, c’est un petit tube qui nécessite une grosse piqûre mais la pose dure quelques secondes. Cet implant est normalement prévu pour les chiens avec une durée d’action de 6 mois. On l’utilise sur les furets soit-disant pour empêcher la maladie des surrénales mais on sait aujourd’hui que ce n’est malheureusement pas toujours efficace. L’implant est le seul remède pour soigner la maladie surrénalienne mais il n’empêche pas son apparition et semble plutôt être une mode2.

En principe, on pose un implant de 4.7mg qui dure de 2 à 4 ans mais on peut aussi poser l’implant double de 9.4mg (avec une durée d’action de 5 ans minimum). En France, l’implant de Suprelorin n’a pas reçu l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les furettes, car l’implant est considéré trop dangereux pour les furettes (beaucoup de retours d’infections après la pose).

Prix de l’implant : 75€ environ (ou 150€ pour le 9.4mg)

Selon les vétérinaires, ils vous rajouteront également le prix de la consultation (de 25 à 70€) et/ou de l’anesthésie.

Comment se passe la pose d’un implant ?

La pose de l’implant se fait en consultation, le furet peut être endormi par un gaz flash si besoin (une anesthésie gazeuse éclair qui évite les réveils difficiles, dure 15-30 minutes). Les effets de l’implant sont visibles sous 15 jours. Le temps que cet implant agisse, il faut absolument continuer les sorties séparées dans le cas d’un ruteux. La pose de l’implant peut aussi déclencher les mêmes symptômes que les chaleurs ou le rut, mieux vaut être prévenu, c’est un effet secondaire tout à fait normal 😎

Par précaution, la pose de l’implant se fait à partir de 6 mois pour les furettes (et AVANT les chaleurs) et à partir de 10 mois pour les mâles.

On recense de plus en plus d’infections (notamment les pyomètres) et de rejets qui mettent en danger la vie des fufus suite à la pose d’implant qui nécessitent finalement une stérilisation en urgence.

Bien surveiller la fin de l’implant et prévoir le budget pour le renouveler, on ne sait jamais quand l’implant va se terminer : 2 ans, 4 ans, 5 ans et il arrête d’agir jamais au bon moment et il ne faut jamais laisser trainer sur une furette…

La stérilisation chirurgicale du furet

Calypso vous parle de sa stérilisation (50 Nuances de Furets)

La stérilisation des furettes ressemble beaucoup à celles des chattes mais comme tous les organes sont 10 fois plus petits, mieux vaut confier sa furette à un vétérinaire qui à l’habitude de ce type d’opération ! On évitera la pose de pansement suite à l’opération, contrairement à ce qu’on voit sur la vidéo, le risque de réaction à la colle et/ou d’ingestion du pansement est trop important pour une furette qui ne va pas supporter longtemps ce truc trop bien collé 😉

Pour une furette, on enlève les ovaires (qui sont minuscules) et l’utérus, c’est une Ovario-Hystérectomie, sous anesthésie gazeuse.

On conseille de faire stériliser les furettes à leurs 6 mois, jamais avant 6 mois. On peut très bien stériliser une furette qui est déjà en chaleurs, la période de convalescence sera un peu plus longue et sous surveillance notamment pour vérifier qu’elle n’a pas trop souffert de ses chaleurs.

Pour un furet, on parle de castration, on retire les testicules sous anesthésie gazeuse, puis les fils sous 15 jours.

Pour les mâles, on conseille d’attendre la fin du premier rut pour cette opération, ou au moins le début du rut pour être sûr qu’il ait bien terminé sa croissance sexuelle.

La Maladie des Surrénales et la stérilisation

La maladie surrénalienne est une maladie hormonale3 favorisée par la vie en appartement des furets (non-respect de la photopériode), l’alimentation non adaptée et une stérilisation très précoce. Il faut rappeler qu’aux USA, les furets sont stérilisés avant leurs 2 mois. Conséquence : une durée de vie de 5 ans pour tous ces petits furets alors qu’un furet peut vivre 10 ans et même plus.

Les surrénales sont des petites glandes situées juste au-dessus des reins, qui produisent le cortisol et ont pour but de réguler le système immunitaire et la réaction au stress de l’organisme. Mais chez le furet, lors de la division cellulaire tout au début de sa conception dans le ventre de sa maman, dans 10 à 20% des cas, les glandes surrénales vont se former un peu comme des glandes reproductrices (surement du à la consanguinité très longtemps répandue chez le furet) avec des capteurs de LH comme les ovaires et les testicules (une hormone produite par l’hypothalamus dans le cerveau qui sert au contrôle de la production d’hormones sexuelles). Et donc lors de la stérilisation par chirurgie, quand on enlève les testicules ou les ovaires, normalement la LH diminue progressivement en absence des ovaires ou testicules. Mais là comme il y a des capteurs de LH sur les surrénales, l’échange d’informations se fait entre les glandes surrénales et la LH. Mais comme les surrénales, c’est pas leur travail du tout, forcément ça les fatigue et au bout d’un moment il y a un risque de maladie des surrénales ou d’un cancer des surrénales.
L’implant Suprélorin rétablit le rétro-contrôle de LH en stoppant l’échange entre la LH et les glandes surrénales.

Explications de Muriel Chevalier, Présidente Fufus de l’Ouest

Le seul traitement existant aujourd’hui consiste en la pose d’un implant de Suprelorin (oui le même). Et selon l’état et l’âge du furet, on peut opérer pour essayer d’enlever le plus gros de cette tumeur. L’opération est possible mais difficile et très risquée sur un furet qui est en général déjà affaibli par la maladie.

Les symptômes de la maladie surrénalienne :

=>Perte de poils au niveau de l’arrière-train et des épaules, le furet se gratte beaucoup, la zone sans-poils s’étend de plus en plus en quelques jours, sans même un duvet.
=>Déclenchement des chaleurs ou du rut sur un furet qui est déjà stérilisé

Seule une échographie des glandes surrénales permet de confirmer le diagnostic.

Alors stériliser ou pas ?

Selon les différentes études réalisées au Pays Bas et aux Etats-Unis de 2005 à 2008, on voyait apparaitre la maladie des surrénales en moyenne 3 ans et demi après la stérilisation. Il en a donc été conclu que la stérilisation en était la cause et que le meilleur moyen était d’implanter au lieu de stériliser. Sans avoir aucun recul sur l’effet des implants (rejets, effets secondaires immédiats et sur le temps). Aujourd’hui, grâce aux différentes associations de protection des furets en France, nous avons davantage de recul et les études plus récentes démontrent une origine génétique de la maladie :

seulement 10 à 20% des furets stérilisés par chirurgie ont un souci de surrénales. Et comme la maladie surrénalienne est génétique (problème de division cellulaire et de fixation des capteurs de LH), même des furets implantés, jamais stérilisés par chirurgie ou même pas implantés, laissés entier, sont décédés de cancers des surrénales…4

Alors oui, on stérilise les furettes, on castre nos furets et on est pas des assassins pour autant ! Les furets ont plus de risques de mourir suite à un accident domestique, une fugue, une occlusion et à des troubles digestifs divers et variés, sans parler des insuffisances rénales.

Furet gentil qui veut faire un bisou

Sources :

1  Schoemaker NJ, Kuijten A, Moorman H et coll. Alternative à la castration des furets (traduction). Frettensymposium, Maarssen, 28 octobre 2006.
2 LAIR Pierre-Etienne, Thèse Gestion de la Reproduction chez le Furet, Stérilisation Chirurgicale vs Stérilisation Chimique : Avantages et Inconvénients, 2016
3 Dr Quinton et Dr Piazza, Soins du Furet, Bien-être et Maladies
4 Muriel Chevalier, Présidente Fufus de l’Ouest

Vidéos des 50 Nuances de Furets

Merci aux figurants (dans l’ordre d’apparition) : Zelda, Flex, Fripon, Happy, Doody, Morrigan, et les dernières photos Happy aussi.

Merci au CFAF (Club Français des Amateurs de Furets) et notamment à Fanny et Élodie pour leurs précieux conseils.


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Furet : Chaleurs, rut et stérilisation